Histoire et morphologie du chien

 

La science n’est pas d’accord sur les origines archaïques du chien; les théories sont à ce point différentes qu’il est commode est tentant, pour les amateurs de chiens, de croire qu’il s’agit là d’un don de Dieu pour la sollitude de l’homme.Histoire et morphologie du coton de tulear

Inutile d’enquêter pour savoir si le chien descend du loup, du chacal, du coyote ou du « tomarctus ».

Donc, un jour, l’homme s’est retrouvé flanqué du canis familiaris , et puis des lupoïdes, des lévriéroides, des renardoides, s’il faut en croire l’irrudition des textes de zoologie, et à partir de ceux ci, il sait amusé à faire des croisements, jusqu’à créer aujourd’hui environ 300 races canine, dont au moins deux cent sont déciminées dans les maisons du monde entier.

Races dont les différences tiennent surtout à des complexions morphologiques et à des tendances, mais ayant toutes en commun certains caractères qui en font un groupe homogène au regard de la science.En examinant le chien sous le rapport de la forme, plutôt que sous l’angle des aspects moraux, on note le fait qu’entre les une et les autres de ces 300 races, il y a des différences morphologiques comme il n’en existe pas dans d’autres familles.histoire et morphologie du cavalier king charles

Considéront un instant un autre animal, lui aussi ami cher de l’homme, le cheval. Eh bien, qu’il soit arabe ou tartare, barbe ou originaire de la maremme, ou résultant de croisement entre trotteurs de valeur ou même si on le compare à l’âne, il nous montre des différences de volume, de musculature, de couleur, de constitution de la robe, de spécialisation dans le travail et le sport, mais les lignes morphologiques d’un cheval, disons son aspect d’ensemble, conserve toujours une base esthétiques commune significative.

origine et histoire cavalier king charlesChez le chien, au contraire, il s’est développé des formes, des hauteurs, des pattes, des oreilles,des pelages, un poids, des caractères, si hétérogène qu’on pourrait imaginer que chaque race appartient à une famille différentes, à un monde différent.

Il est vrai que l’homme a manipulé le chien à volonté, suivant son bon plaisir, comme s’il était fait de craie et qu’il ait suffit d’un souffle pour lui donné la vie, mais le même genre de manipulation n’a jamais donné de résultats avec le chat, le cheval, ni avec les bovins, pas plus qu’avec les lions ou les singes.morphologie et histoire du shih tzu

Et la science n’a pas encore élucidé les raisons pour lesquelles par le jeu de ces croisements, il a été possible de fixer les races canines aux caractéristiques ayant entre elles des différences énormes, de l’ordre de celle qui peuvent éxister entre un lapin et un éléphant.

Les éleveurs n ont pas seulement modifié la forme et la taille du chien, mais ils ont changer les caractères sensoriels et moraux, pour les adapter aux nescessité propres au travail, à la chasse,à la garde,à l’agrément, au point de créer un échantillonage disparate, chaque race offrant des aspects et des attributs précis qui se renouvellent de façon parfaite dans les croisements.

Le chien a été le premier animal domestique du monde.

On prétend qu’il est apparu pour la première fois au Tibet en même temps que l’homme, et qu’il est demeuré à son service pendant des siècles.

bouldogLes monuments les plus antiques, en Egypte, en Assyrie, à Babylone,, la civilisation des incas, des mayas, des arabes, les chinois, les grecs etc… nous ont laissé des traces tangible d’art et d’amour pour cet animal, parfois sacré, parfois image de force et d’élégance, parfois compagnon utile et indispensable dans l’histoire de l’homme civilisé.

Et cette histoire, le chien, l’a parcourue pas à pas, secondant le chasseur depuis l’âge des cavernes, assistant les armée de Rome à la guerre, concourant à la garde des forteresses au moyen âge, prenant part aux grande battues des seigneurs de la renaissance, vivant de façon plus agréable dans l’urbanité du 19eme sièclehistoire et morphologie du chien

Last updated by on .